Interview de Mark Bell : Le Drum Solo !

Ah le drum solo! Ce mot fait soit rêver, soit trembler bon nombre de danseuses!

Tellement impressionnant lorsqu’il est bien interprété, il peut également être difficile de savoir “s’en sortir” lorsqu’on n’est pas bien préparée.

J’ai récolté pour vous (et je l’avoue aussi pour mon bénéfice personnel ;p) les conseils de Mark Bell, le célèbre percussionniste de Helm!

 

Interview de Mark Bell

 

1 Qu’est-ce qu’on drum solo?

C’est une improvisation entre un percussionniste et une danseuse; c’est une création spontanée dans l’instant.

 

2 Si on réalise une chorégraphie sur un solo de percussions cela ne s’appelle plus un Drum Solo alors?

Exactement; lorsqu’il y a un travail chorégraphique, par définition il n’y a pas de spontanéité.

Si le percussionniste joue un morceau préparé, c’est une composition et si la danseuse crée à l’avance des enchaînements précis sur ce morceau, c’est une chorégraphie.

Il n’y a donc plus cette “spontanéité dans l’instant” qui est la définition d’un drum solo.

 

3 Que conseillez-vous aux danseuses pour se préparer à un drum solo?  A quoi peuvent-elles s’exercer?

La meilleure façon de se préparer est d’écouter et de danser sur plusieurs Drum solo. Mais sans faire de “drills”; c’est-à-dire sans s’arrêter pour réfléchir et chorégraphier ;).

 

Mon conseil pour bien vous préparer est le suivant:

  1. Sélectionnez 5 à 6 morceaux de percussions, joués de préférence par des percussionnistes différents.
  2. Faites une playlist et dansez tous les morceaux sans interruption et sans essayer de mémoriser les mouvements ou la composition! Ainsi ce sont les “motifs” du rythme que vous allez inconsciemment mémoriser.
  3. Ensuite, laissez reposer 1 ou 2 semaines puis recommencez et laissez à nouveau reposer quelques semaines sans ré-écouter votre playlist!
  4. Ainsi, à la troisième ou quatrième fois, votre coeur et votre corps vont sentir les changements de rythme et les anticiper; pas par mémorisation cérébrale, mais par feeling et compréhension du rythme!

 

4 Avez-vous des trucs et astuces qui peuvent aider les danseuses lors d’un drum solo?

Oui, il y a 7 choses que j’aimerais partager avec vous à ce sujet:

 

  1. Écouter les enregistrements du percussionniste avec lequel vous allez travailler. Afin d’anticiper les motifs (pas les combinaisons), et les changements, transitions qu’il a l’habitude de faire.

Ça va vous aider à créer une connexion avec le percussionniste lors de votre improvisation.

Vous pouvez également faire l’exercice si vous ne dansez que sur une composition mélodique, car quelques mesures de percussions improvisées peuvent être ajoutées au morceau!

 

  1. Regarder de temps en temps le percussionniste!

Sans connexion, le Drum solo perd tout son intérêt!

 

  1. Rappellez vous que le percussioniste veut la même chose que la danseuse; une connexion entre lui (la musique) et elle (la danse), pour la réussite de la prestation car le public ressent cette énergie! Le musicien n’est pas votre ennemi mais votre allié!

 

  1. Par contre; si le percussionniste joue un truc impossible à suivre uniquement pour mettre la danseuse (vous) dans l’embarras; ne paniquez-pas!

Arrêtez-vous; présentez le gracieusement avec le sourire et applaudissez-le!

Il sera reconnu par l’audience comme ayant voulu vous embarrasser et vous ne vous ridiculiserez pas.

(cette attitude est également utilisée par Jillina dans le show des BDSS avec Issam, mais il s’agit là d’un jeu pour faire le show ;)!)

Ceci dit, faites aussi attention à votre attitude avec le percussionniste et les musiciens. Sur scène comme en dehors, un respect mutuelle est élémentaire!

 

  1. Connaissez vos rythmes et connaissez les temps forts de chaque rythme; les points de repères (le squelette) du rythme. Vous devez toujours savoir les repérer!

 

  1. Répéter le début de votre improvisation à la fin.

Quand je drum en nigt club et qu’il y a 5 ou 6 drums solo, j’ai toujours en tête 3 rythmes parmi lesquels je choisis pour commencer et 3 rythmes parmi lesquels je choisis pour finir. Le milieu du Drum Solo est ouvert au freestyle, mais ainsi, j’ai une base pour commencer et fini au cas où l’inspiration ne viendrais pas.

Parfois, pour le percussionniste comme pour la danseuse, l’inspiration nous manque, mais on a toujours l’espoir qu’elle arrive avant la fin.

C’est aussi une des raisons pour lesquelles il vaut mieux organiser une répétition avant le show ou la démo.

Donc répétez le début de votre impro peut vous sauver la mise en cas de manque d’inspiration.

 

  1. Prévoir une répétition, avant le show ou la démo.

Ainsi, le musicien et la danseuse peuvent se mettre d’accord, au moins sur la manière d’arrêter le Drum solo pour que la fin soit claire et ait un bel impact pour   l’audience.

 

Malheureusement, souvent il n’y a pas le temps….

D’où l’intérêt d’écouter la playliste ;)!  Cela donne une idée des options qui sont possibles pour clôturer l’impro.

Un autre petit truc pour anticiper le final c’est de regarder le percussionniste, car s’il ne vous regarde pas, c’est que rien ne va se produire. Il y a toujours une connexion visuelle ou un geste juste avant la fin; ça dépend de chaque percussionniste. En général c’est souvent un Rol + une pause + un pac!

Mais ça peut changer si le drummer et la danseuse ont l’occasion de répéter ensemble avant.

 

5 Et dans les “set”, lors d’une prestation en restaurant par exemple, le drum se termine-il de la même manière? Rol + Pause + Pac?

Cela dépend; si la fin du drum n’est pas la clôture du set, elle peut être plus légère.

Une formule de “set” qui marche bien pour les prestations en resto c’est:

  1. Une musique rapide pour entrer,
  2. Un morceau lent
  3. De nouveau un morceau rapide
  4. Puis le drum solo

 

Ça marche mieux si le drum vient après une musique rapide; il y a plus d’énergie et la transition est plus fluide! S’il arrive directement après du lent, c’est brutal et un peu choquant.

 

Merci Mark pour ces précieuses infos; voilà de quoi nous aider à mieux appréhender et interpréter les Drums solos!